Configurateur modulaire :
» Isolation
Isolation

Matériaux d'isolation thermique et phonique.

Toujours bio-sourcés (parceque la nature fait bien les choses !): les éco-isolant sont, pour tout ou partie, hygroscopique (participent à réguler l'hygrométrie de l'air ambiant, et cela est important), performants face au froid et tout autant face à la chaleur (par déphasage), ne s'altère pas dans le temps (et cela n'est pas le cas de certains autres isolants...), répulsifs rongeurs et insectes du bois, résistants face au feu, affaiblissement acoustique, et production low-carbon (production de ré-emploi bois et papiers). 

Les conformités techniques par AT et Acermi sont précisées. 

En cela, la cellulose insufflée et la fibre de bois sont des atouts majeurs. D'autant qu'ils sont aussi économiques. 

 

Une forte isolation est un élément de confort prépondérant. 

L'étanchéité à l'air, au delà que ce soit une loi, est un élément de confort prépondérent. Les micro-courant d'air, perceptible ou pas, altère fortement le confort intérieur (en plus de compliquer le maintien de température souhaité). 

 

En matière d'isolation, c'est le facteur limitant qui donne la valeur du tout. Les murs + toit + menuiseries extérieures + dalle de sol + ventilation doivent-être en cohérence. 

Des société proposent des murs isolés jusque R8, par isolants synthétiques, cela obligeant à mettre les autres points d'isolation en cohérence. 

Les contraintes des isolations synthétique sont : vulnérabilité aux présences de rongeurs, ftrès aible performance face à la chaleur, absence d'isolation phonique, bilan carbone dommageable, risque feu (et émission de fumées dangereuses), COV potentiels, impossiblité de recyclage pour l'isolant synthétique et pour le ou les panneau(x) de bois composite collé(s), prix. 

 

Notes sur Toiture froide ou chaude.

Ce point à animé de très long débat entre pros. Aujourd’hui, l’affaire est entendue : la ventilation en sous-face de toiture dite « terrasse » (toiture dite "froide") ne fonctionne pas en hiver, lorsqu’il y en a l’indispensable besoin (un isolant minéral ayant été humide une fois vois sa performance réduite, or la condensation va "goutter" depuis la sous-face).

Une humidité persistante en hiver en sous-face du diaphragme OSB3 va inévitablement l’affaiblir.

La toiture chaude oblige une très forte vigilance quant à la mise-en-œuvre du pare-vapeur. La valeur Sd900 est obligatoire. Avec une pose parfaite, dont le raccordement en périphérie de murs, non pas sur le pare-vapeur vertical, mais bien sur le contreventement extérieur.

Certains pros envisage le frein-vapeur hydrovariable. Peut-être que cela fonctionne (?), mais seule une étude Wufi le prouverait (je n’en pas encore vue). A ce jour, cette « solution » hydrovariable n’a pas de conformité en toiture chaude.

 

Le frein-vapeur hydrovariable en murs ventilés et isolation boisourcée est une solution performante.

La ventilation reste toujours un point décisif au bien-être des occupants.  

 

Enduit sur Ossature-Bois.

L’ITE est un business en plein essor. En tant que MOA, vous devez être informé, et accepter, qu’un œil averti verra toujours, en contre-jour, le « spectre » des plaques support d’isolation.

Cela en plaque PSE, mais plus encore en laine de bois. Cette dernière réagissant fortement à la présence d’humidité ambiante (et plus encore en cas de pluie). Ce process d’isolation ne peut-être réalisé que durant la belle saison (ou avec une protection globale du chantier à la pluie, et parfois apport de chauffage).

Pare-vapeur Sd95 obligatoire dans cette configuration.